Inégalités et persécutions des personnes atteintes d’albinisme en Tanzanie : Une minorité en danger

L’albinisme est une maladie génétique pouvant potentiellement viser toute personne sans distinction de sexe ou d’origine ethnique. Le sujet traité dans cet article est celui de l’albinisme oculo-cutané ou albinisme total. Celui-ci se distingue de l’albinisme oculaire qui ne touche que les yeux. Les personnes atteintes de cette maladie ont, pour symptôme, une absence de mélanine dans leur corps. Ceci se traduit par une dépigmentation totale de la peau mais aussi des poils et des cheveux. Dans les pays occidentaux une personne sur 20 000 est atteinte d’albinisme alors qu’il s’agit d’une personne sur 1 400 approximativement qui l’est en Tanzanie.

A première vue, le rapport entre une telle maladie et les droits de l’homme ne semble pas facile à saisir. Mais bien que cela n’induit aucune différence à part celle de la dépigmentation et les problèmes oculaires, les personnes atteintes d’albinismes sont victimes de discrimination allant de la simple moquerie aux agressions violentes. Dans certains pays, notamment dans ceux d’Afrique de l’est, les discriminations et agressions envers les personnes atteintes d’albinisme vont bon train. En Tanzanie, les personnes atteintes sont considérées comme des êtres magiques que certains n’hésitent pas à sacrifier pour des rituels ou démembrer car certaines parties de leur corps (mains, bras) ont des propriétés magiques. Ainsi l’albinisme n’est pas une simple maladie et les personnes qui en sont atteintes ne sont pas de simples malades. Les persécutions produites à l’encontre des personnes atteintes d’albinisme font de celles-ci une minorité. Une minorité persécutée dont il faut montrer les droits. Une minorité persécutée, surtout dans les pays de l’est africain, et qu’il serait nécessaire de protéger face aux attaques et aux discriminations auxquelles ils font face.

albinisme

En effet, les personnes atteintes d’albinisme subissent de graves atteintes à leurs droits. Non pas seulement en tant que citoyens dans un pays où ils sont lésés et discriminés mais en tant qu’individus, qu’êtres humains dans une communauté dite mondiale. Les discriminations envers les personnes atteintes d’albinisme portent atteinte aux droits de l’homme dont dispose ces personnes, droits qui sont censés précéder tout droit politique donné. Les discriminations à l’encontre des personnes albinos vont porter directement atteintes aux droits de l’Homme. Le droit à la vie, le droit à ne pas subir un traitement inhumain, le droit à la santé, le droit au travail et le droit à l’éducation en sont des exemples.
Selon une étude faite en 2009 par l’IFRC seul 2% d’enfants atteints d’albinisme en Tanzanie ont l’espoir d’atteindre l’âge de 40 ans. La quasi totalité des personnes atteintes d’albinisme meurt donc avant cet âge. Les causes peuvent être diverses mais elles ont pour origine trois grands facteurs. A savoir, l’exclusion sociale, les maladies de peau et problèmes médicaux qui ne sont pas correctement pris en charge ainsi que les attaques qu’ils subissent de la part de braconniers. Deux statistiques le montrent clairement: D’une part selon une étude de 2011 faite par Dermatologic Clinics 50% des personnes albinos entre 20 et 30 ans se voient diagnostiquer un cancer de la peau. D’autre part, depuis 2007, au moins 50 meurtres de personnes albinos ont été enregistrés officiellement et des dizaines d’autres ont été mutilés. Les sources varient et la BBC enregistre même 70 meurtres sur une durée de trois ans en Tanzanie.

Il est donc possible de voir les atteintes portées aux personnes malades sous deux formes. La première étant les agressions et discriminations directes. La deuxième, partiellement résultante, est la discrimination indirecte, c’est-à-dire que les personnes atteintes se voient lésés dans les sociétés où elles résident de par le fait de leurs différences et des problèmes liés à leur maladie.
Ainsi, nous allons voir les persécutions et discriminations directes auxquelles font face les albinos. Comme il a été précédemment dit, les personnes de par leur différence subissent des formes de discriminations variées. Si dans la plupart des pays les discriminations à l’encontre des albinos ne vont généralement pas au-delà des railleries condamnables, c’est en Afrique de l’est et particulièrement en Tanzanie que sont perpétrés des crimes envers cette communauté. Dans ces pays, les personnes atteintes d’albinisme sont considérées comme différentes. Êtres mythiques, porte-bonheur ou encore cure miraculeuse contre le VIH, cette minorité se voit réifiée par le peuple qui l’entoure. Selon, plusieurs études citées par un article de Prospect, les populations tanzaniennes considèrent à la fois les albinos comme étant en dessous de l’homme et divin. Une étude de Cruz-Inego montre que les membres des personnes albinos sont considérés comme porte-bonheur, ramenant la chance et la bonne santé quand on les porte.

Tz-map-fr

Réifiée et mythifiée par ignorance et par les mythes, cette minorité subit des persécutions très fortes. Démembrement pour vendre les parties au marché noir, rituel de sacrifices pour certaines cérémonies, viol pour être prétendument guéri du VIH et autres pratiques sordides sont les résultantes de ces superstitions. La personne atteinte se voit réifiée, mythifiée et animalisée. Mythifiée parce qu’elle n’est pas considérée comme un être humain mais une chose mythologique, magique. Réifiée parce que, bien qu’elle soit considérée comme un être magique, elle n’est qu’un moyen d’accès à un rituel ou à la chance, elle n’est considérée que comme un moyen en vue d’une fin. Ce n’est pas l’albinos qui est en soi magique, mais les propriétés d’usage qu’on en fait. C’est un objet magique à utiliser pour les personnes qui ont cette mentalité. Finalement, les personnes atteintes par l’albinisme sont considérées comme des animaux, ils sont traqués et attaqués pour pouvoir être utilisés. Ainsi les personnes atteintes sont niées dans leur humanité. Mais la discrimination directe envers les albinos ne s’arrête pas là.

Par leur différence et leur statut ils se voient stigmatisés et leur sécurité est évidemment mise en danger. Ceci est amplifié sachant que le corps entier d’une personne atteinte d’Albinisme est revendue 75 000 $ au marché noir et un bras entre 2000 et 4000 $. Selon la BBC, il y a eu plus de 70 morts de personnes albinos sur une période de trois ans en Tanzanie. Le chiffre est alarmant. Il y a eu 70 meurtres mais il y a eu bien plus d’agression et de viols qui ont été commis même si les chiffres ne sont pas clairement identifiés. Bien plus qu’un sentiment de stigmatisation lié à leur différence, les personnes atteintes d’albinisme craignent pour leur sécurité. De ce fait les discriminations directes sont de deux sortes : stigmatisation de par leur statut, s’il n’est pas considéré comme mythique l’humain albinos est quand même différencié. La deuxième sorte de discrimination directe est la persécution que les albinos subissent, allant du viol au meurtre. Ceci est amplifié par le prix exorbitant de la revente de leurs membres au marché noir. Par exemple en 2013, selon le Daily Mail, une femme de 38 ans s’est fait attaquée par son propre mari qui voulait lui arracher un bras afin de le revendre.

Albino_boy_tanzania

Mais ce ne sont pas les seules discriminations que les personnes atteintes d’albinisme en Afrique de l’est et surtout en Tanzanie subissent. En effet bien qu’elles soient les plus violentes les persécutions et l’exclusion sociale ne sont qu’une partie des discriminations subies. Au-delà de ces actes, il y a une discrimination et une inégalité structurelle qui se met en place. Le cercle vicieux du bafouage des droits se met en place. Les personnes atteintes d’albinisme sont ostracisées dans certaines communautés et bénéficient moins du lien social. De plus, les personnes atteintes d’albinisme sont atteintes de problèmes visuels leur conférant un statut de malvoyants de par l’extrême sensibilité que leurs yeux ont au soleil. Ceci étant un handicap et sans réelle mesure spéciale les concernant les albinos se retrouvent stigmatisés socialement parlant. A cela s’ajoute les problèmes de santé liés à leur manque de mélanine les rendant plus sensibles aux maladies comme le cancer de la peau. De plus, comme les personnes atteintes d’albinisme sont socialement exclues leur embauche est compromise. Ces trois facteurs renforcent les inégalités et la discrimination envers les personnes atteintes d’albinisme. Handicap visuel, problèmes de santé plus fréquents, position économique désavantageuse s’entremêlent pour réduire la position des albinos. Les problèmes de santé sont plus fréquents mais ils ne peuvent pas nécessairement les résoudre, personne ne veut d’eux parce qu’ils ne sont pas considérés comme des êtres humains, ils ne peuvent pas non plus suivre un parcours scolaire normal de par leur handicap. Toutes ces discriminations directes ou structurelles envers les personnes atteintes d’albinisme, dénoncées par des associations comme Under the Same Sun, ont été entendues par les organisations nationales et internationales et des solutions ont été proposées.

Ainsi, la Tanzanie, les associations et les organisations internationales essayent de remédier au fléau qui est infligé aux albinos. Tout d’abord, la Tanzanie a exprimé une envie d’entamer de grands changements de politique face aux personnes atteintes d’albinisme et ce par le biais de plusieurs dispositifs. Le premier est la désignation d’Al-Shymaa Kway-Geer, femme politique albinos et parlementaire, à la question de l’amélioration de la condition des albinos. Le deuxième dispositif est l’interdiction de la sorcellerie sur le territoire tanzanien. En rendant la pratique illégale le gouvernement Tanzanien montre son opposition à toute pratique visant le sacrifice ou l’utilisation de personnes atteintes d’albinos comme s’ils n’étaient que de simples objets. Finalement, lors de la première journée internationale pour l’albinisme célébrée qui eut lieu le Samedi 13 Juin 2015 en Tanzanie, le président a dit vouloir instaurer une assistance médicale spécialisée et donc une aide pour les personnes atteintes d’albinisme. De ce fait, la Tanzanie semble aller vers l’instauration d’une équité pour les tanzaniens atteints d’albinisme. Par le biais d’une personne chargée de la question des albinos, l’interdiction de toute sorcellerie et par la volonté d’instaurer un régime médical juste, le gouvernement semble vouloir redonner aux albinos tanzaniens les droits qui leurs ont été confisqués arbitrairement.

perer

Ces initiatives, très honorables et hautement symboliques, faites par le gouvernement tanzanien ne sont pas apparues ex-nihilo mais sont les conséquences de deux choses. La première est l’intérêt que porte les Nations Unies pour la question. Il y a d’abord l’adoption d’une résolution par le conseil des droits de l’homme de l’ONU, la résolution 23/13. Celle-ci, nommée « Agressions et discrimination à l’encontre des personnes atteintes d’albinisme » adoptée sans vote, demande, encourage et invite les pays à se saisir de la question des personnes atteintes d’albinisme. C’est-à-dire les questions concernant la prévention, l’éducation de l’ignorance au sujet des albinos ou la protection de ceux-ci. De ce fait, c’est grâce à l’impulsion de l’ONU signalant l’urgence de la situation que des pays comme la Tanzanie ont décidé d’agir. Mais ce n’est pas le seul acte qui montre la motivation de l’ONU pour la cause des personnes atteintes d’albinisme. Depuis quelques années la cause de l’albinisme est soutenue par elle. A plusieurs reprises, il y eut condamnation d’actes horribles perpétrés contre les albinos. La plus récente étant celle du 19 Février 2015. De plus, l’organisation internationale, comme dit plus haut, a déclaré une journée internationale de sensibilisation à l’albinisme. Suivie de plusieurs projections-débats et d’une conférence panafricaine sur l’albinisme qui a eu lieu du 19 au 22 novembre 2015 à Dar es Salaam en Tanzanie.
Mais de telles mesures et de telles avancées n’auraient jamais pu être possible sans l’implication de plusieurs associations et organisations qui ont permis de rendre les discriminations visibles aux yeux de tous. Mais bien plus que montrer les discriminations et les persécutions de la minorité albinos en Tanzanie ces associations font tout pour la combattre. Elles jouent un rôle clé dans la défense de celle-ci et l’éducation des populations sur ce que sont en réalité les personnes atteintes d’albinisme. C’est-à-dire des personnes comme les autres, souffrant de problèmes de peau et de vision. Certaines viennent aussi en aide aux albinos qui se font attaquer. Pour n’en citer que quelques unes : Under the Same Sun (UTSS), La Croix Rouge, Assisting Child in Need (ACN),Tanzania Albino Center(TAC), National Organism for Albinism and Hypopigmentation (NOAH).

De ce fait, la cause des personnes atteintes d’albinisme est entrain d’être entendue et plusieurs dispositifs de soutien sont entrains de se mettre en place. L’ONU par le biais du Conseil des droits de l’Homme montre son intérêt pour le problème et sa résolution. Le pays où le plus de crimes à l’égard des albinos se produit, est entrain de prendre des dispositifs institutionnels pour parer aux inégalités et discriminations qu’ils subissent. Finalement les associations font tout pour venir en aide aux albinos qui sont victimes de leur maladie ou des préjugés qui les touchent. Mais est-ce suffisant ? En effet, les actions du Conseil des droits de l’Homme ou de l’ONU ainsi que celles des associations et organisations internationales, ne pouvant qu’être limitées. Ce sont les instances étatiques tanzaniennes qui semblent critiquables. C’est l’action de l’État tanzanien qui doit être plus importante et investie sur cette question urgence, son engagement reste limité par rapport à la gravité des violations des droits humains d’une communauté affaiblie. L’avancement de la cause des personnes atteintes d’albinisme n’a pas l’air d’être résolue. Certes le Président a annoncé un meilleur régime de santé les concernant mais il ne l’a fait qu’en Juin 2015 sous la pression internationale. C’est le laxisme du gouvernement tanzanien qui est ici l’objet de critique. Celui-ci a dû être la cible indirecte de la résolution des Nations-Unies, de la sonnette d’alarme de la presse et des associations pour enfin se décider à faire quelque chose.

hgfds

Comme montré plus haut c’est à grâce à toutes les associations qui défendent l’albinisme, à la résolution 23/13 de l’ONU et l’établissement de la journée internationale que la Tanzanie a décidé d’agir correctement et avec force. Ce n’est que face aux sermons directs et indirects de la communauté internationale que le pays décida de faire quelque chose. C’est encore en décembre 2014 que la BBC écrivit un article nommé « Tanzania’s albino community : ‘Killed like animals’ ». Article montrant le laxisme du gouvernement à l’époque qui, selon un interrogé, c’était désintéressé de la question. Encore à l’époque sur 70 meurtres d’albinos il n’y en avait que 10 qui étaient résolus avec des personnes condamnées. Les opérations du gouvernement tanzanien de l’époque étaient insuffisantes. Il n’est pas question, ici, de critiquer le gouvernement tanzanien en disant qu’il ne fait rien. Non, ses actes récents sont louables. Il s’agit de voir les causes des actes (sermons de la communauté internationale) et le laxisme ou du moins la faible efficacité des anciennes actions de la Tanzanie.

Sources:

– Résolution 23/13 du conseil des droits de l’homme des Nations Unies: http://daccessddsny.un.org/doc/UNDOC/GEN/G13/150/43/PDF/G1315043.pdf?OpenElement

– La page du haut commissariat des droits de l’homme sur la question de l’albinisme: http://albinism.ohchr.org/fr/resources.html

– Through albinos eyes : The plight of albino people in Africa’s Great Lake region and aRed Cross response: http://www.ifrc.org/Global/Publications/general/177800-Albinos-Report-EN.pdf

– Tanzania’s albino community : ‘Killed like animals’: http://www.bbc.com/news/world-africa-30394260

– COSTARD, Emile La Tanzanie célèbre la première journée internationale de l’albinisme, Le Monde :
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/06/15/la-tanzanie-celebre-la-premiere-journee-internationale-de-l-albinisme_4654208_3212.html

– Tanzanie : l’ONU condamne la mutilation et le merutre d’un bébé albinos agé d’un an: http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=34298#.VlCUkmSrQy4

– Les albinos sont des êtres humains comme les autres, rappelle un groupe d’experts de l’ONU: http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=30268#.VlCz9mSrQy4

– Pillay condamne les attaques « aberrantes » perpétrés contre les albinos en Tanzanie: http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=29905#.VlC0GWSrQy4

– DRURY Flora, Hunted down like animals and sold by their own families for £ 50 000: Tanzania’s albinos hacked apart by witchdoctors who believe their body parts « bring luck » in sick trade fuelled by the country’s elite, Daily Mail UK, Mail Online.
http://www.dailymail.co.uk/news/article-2922243/Hunted-like-animals-sold-families-75-000-Tanzania-s-albinos-hacked-apart-witchdoctors-believe-body-parts-bring-luck-sick-trade-fuelled-country-s-elite.html

– MOE Caitlyn, Persecution of Albinism in Tanzania, Prospect: http://prospectjournal.org/2011/10/11/persecution-of-albinism-in-tanzania/

– LAPIDOS, Julien, How Many Albinos are in Tanzania ? « More than you might think »,Slate: http://www.slate.com/articles/news_and_politics/explainer/2009/01/how_many_albinos_are_in_tanzania.html

– BEBIEN Arnaud, En Tanzanie, jusqu’à 2000 dollars pour un bras d’albinos, L’Obs avec Rue 89: http://rue89.nouvelobs.com/2010/03/08/en-tanzanie-un-bras-dalbinos-est-vendu-2000-euros-141876

– Dunning, B. « Albinos Facts and Fiction. » Skeptoid Podcast. Skeptoid Media, 29 Jul2014. Web. 10 Dec 2015 : http://skeptoid.com/episodes/4425

– Cruz-Inigo AE, Ladizinski B, Sethi A. Albinism in Africa: stigma, slaughter and awareness campaigns. Dermatol Clin. 2011 Jan.

Publicités